Annecy-le-Vieux

Fermer Introduction

Fermer 1 : La terre et les hommes

Fermer 2 : De la préhistoire à la naissance d'Annecy-le-Vieux

Fermer 3 : La paroisse et ses édifices religieux

Fermer 4 : Un moyen-âge obscur et difficile

Fermer 5 : 17ème et 18ème siècle : une image qui se précise et se durcit

Fermer 6 : La Révolution et l'Empire (1792-1815)

Fermer 7 : La Restauration Sarde (1815-1860)

Fermer 8 : De l'Annexion à l'urbanistion

Fermer Annexe 1 : La vigne et le vin

Fermer Annexe 2 : La famille de Menthon de la Balme au château de la Cour

Fermer Autres annexes

4 : Un moyen-âge obscur et difficile - 4.5 : Le Cardinal de Brogny entre la légende et l’histoire
Né en 1342 au Petit-Brogny, Jean Fraczon a connu une destinée hors de pair qui l’a conduit aux plus hautes charges de l’Eglise à l’époque où la chrétienté était déchirée par le Grand Schisme et où trois papes se disputaient la tiare.
Ayant fait d’abord carrière dans le sillage de l’antipape Clément VII (Robert de Genève), il est nommé cardinal d’Ostie, près de Rome, puis vice-chancelier de la Cour papale d’Avignon. En 1415, il préside le Concile de Constance. En 1423, il quitte l’archevêché d’Arles pour l’évêché de Genève. Il meurt à Rome à 84 ans le 15 février 1426. Il est inhumé à la cathédrale de Genève dans la chapelle des Macchabées qu’il a fait construire.
ALV040001.jpg

Autour de sa personnalité sont nés des récits édifiants ou fantaisistes qui ont fait travailler les imaginations en compliquant la tâche de ses biographes.
Son nom de Jean Fraczon, cité par le chroniqueur François Bonnivard en 1542, semble avoir été perdu de vue pendant plus de trois siècles. Des ouvrages récents s’obstinent à l’appeler Jean Alarmet, ce qui pourrait résulter de la confusion d’un copiste avec Mermet, prénom de son père.
Les Fraczon n’étaient pas de pauvres pâtres comme l’assurent certains récits mais une famille aisée, apparentée à la noblesse locale. Au milieu du 19ème siècle on montrait, au Petit-Brogny, une maison d’assez belle apparence, dite « maison natale » du Cardinal.
Selon une tradition tenace, alors qu’il gardait les pourceaux de son père, sa vive intelligence fut remarquée par deux religieux de passage qui l’emmenèrent à Genève pour y faire ses études. Sur ce récit, se greffe l’histoire d’un « cordonnier prophète » qui lui aurait fait crédit de douze deniers pour les chaussures en lui disant : « Tu me rendras l’argent quand tu seras Cardinal. »
Cette tradition est illustrée par une sculpture de la cathédrale de Genève, à l’angle extérieur de la chapelle des Macchabées, qui représente un jeune garçon déchaussé, debout sous un arbre et gardant des pourceaux.
Dans un tout autre genre, un opéra de 1835, « La Juive » (livret de Scribe, musique de Halévy) met en scène le Cardinal sous les traits d’un prince italien de la renaissance, jeté dans les ordres par désespoir d’amour et qui fait périr, sans le savoir, sa propre fille dans une chaudière en ébullition.
C’en était trop pour les admirateurs savoyards du Cardinal qui exprimèrent leur indignation. En 1847, le chanoine Joseph Croset-Mouchet publie à Turin une biographie du Cardinal « Jean Alarmet de Brogny ». On trouve dans cet ouvrage le testament du Cardinal et un portrait « extrait de la Galerie particulière de Sa Majesté. »
Nous avons signalé au chapitre III le rôle du cardinal dans l’histoire de l’église Saint-Laurent. D’autres indices montrent l’intérêt qu’il portait à sa terre natale et à ses habitants. Il fait de Rodolphe Sapientis (Sage), d’Annecy-le-Vieux, son camérier.
 
On raconte qu’au retour du Concile de Constance, il s’arrêta à Annecy-le-Vieux où il offrit un banquet à ses camarades d’enfance. On trouve dans son testament une disposition en faveur « des jeunes filles de dix ans et plus ainsi que des veuves de sa famille jusqu’au cinquième degré, les premières étant dotées de 25 florins et les secondes de 10 florins. » Les édiles de la période révolutionnaire, a court d’argent, recherchèrent ce testament, espérant y trouver des dispositions tombées en désuétude en faveur de la commune (délibération du 15 pluviôse an IX).
Au début du 15ème siècle, le Cardinal est possesseur de la seigneurie de Novel, qui passe ensuite à la famille Ranguis. Le 17 mars 1422, il cède à sa sœur (ou nièce ?) Jeannette, veuve de Guillaume de Novel, tout ce qui lui revient de l’héritage paternel, à savoir « maison haute et basse, grange, moulin, prés, vignes, etc. à condition de ne pas l’aliéner tant qu’il vivra et de l’employer aux bonnes œuvres après sa mort. »

4 : Un moyen-âge obscur et difficile-->


Imprimer la page Imprimer la page


Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
les plus consultés sur l'histoire d'Annecy-le-Vieux ...
les plus consultés sur l'histoire d'Annecy-le-Vieux ...
2.3 : Emergence et limites d’Annecy-le-Vieux 2.3 : Emergence et limites d’Annecy-le-Vieux 2.3 : Emergence et limites d’Annecy-le-Vieux 2.1 : Sites lacustres préhistoriques Plan du site 4.3 : Au temps des comptes de la châtellerie 2 : Du 15ème au début 18ème siècle 7.6 : Querelles autour du clocher 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac 7.8 : La lutte contre le feu 4.7 : Seigneuries et maisons-fortes 1 : " La Cour " 5.4 : Une supplique au roi en 1740 2 : Les cabarets au 19ème siècle 1792 4.4 : La grande peur du Moyen-âge 7.10 : Ecrivains français dans la commune 7.5 : Un point chaud : le Mont Rampon 4.2 : Anciens noms de familles et de lieux 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 5.7 : De la seigneurie aux affranchissements 6.3 : Questions religieuses : de la persécution au Concordat 6.6 : La population de la commune au début du 19ème siècle 7.2 : Démographie 7.7 : Les débuts de l’instruction civique 5.1 : Points de repères chronologiques 6.4 : La vente des biens nationaux 6.5 : Le poids des guerres 8.1 : Annecy-le-Vieux dans le « moule français » Table des illustrations 3.4 : La chapelle de Brogny (ou de Bellegarde) 4.5 : Le Cardinal de Brogny entre la légende et l’histoire 5.5 : Annecy-le-Vieux en 1756 6.1 : Les échos des troubles de 1793 (vallée de Thônes, Annecy) 6.8 : L’affaire d’Annecy-le-Vieux (1814-1815) 7.3 : Activités socioprofessionnelles 3.5 : La Chapelle de Provins 4.1 : Points de repères chronologiques 5.6 : L’administration de la paroisse en 1769 6.2 : L’état d’esprit dans la commune 6.7 : La situation économique et sociale 7.4 : La vie de la commune au fil des jours 7.9 : Us et coutumes d’Annecy-le-Vieux 3.2 : La vieille église et son clocher Une gageure ? Glossaire des termes disparus 8.4 : L’enseignement 8.9 : Personnages célèbres d’Annecy-le-Vieux et d’ailleurs Bibliographie 1 : Les « Gaviules » d’Annecy-le-Vieux 8.8 : Le tramway Annecy-Thônes (1898-1930) 8.5 : Agriculture 8.2 : La vie communale Histoire d'Annecy-le-Vieux.pdf 5.3 : Le cadastre de 1730 Annecy-le-Vieux : le clocher 7.1 : La commune en marge de l’histoire 8.7 : Des « artifices » du Fier à la minoterie Cléchet 4.6 : L'épineuse question des dîmes 8.10 : Les guerres du XXème siècle 8.3 : La population, son cadre de vie et sa structure 4 : Dix-huitième et dix-neuvième siècles 8.11 : Urbanisation et toponymie 8.6 : La fonderie Paccard ou « l’art de la cloche » 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 1.1 : Formation et caractéristiques du sol 3.1 : Fondation et rattachement de la paroisse 1.6 : Le blason et les « Ancileviens » 1.6 : Le blason et les « Ancileviens » 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 3.6 : La chapelle de Frontenex 5.4 : Une supplique au roi en 1740 5.1 : Points de repères chronologiques 3.2 : La vieille église et son clocher 2 : Les cabarets au 19ème siècle 6.5 : Le poids des guerres 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 3.6 : La chapelle de Frontenex Avant-propos 3 : Inventaire du château de la Cour (20 mars 1722) 1.2 : Incidence sur les activités humaines 2.2 : Allobroges et Gallo-romains

^ Haut ^