Warning: Use of undefined constant zlib - assumed 'zlib' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/users/p/prima/www/11ALVguppy/inc/hpage.inc on line 98
- 3 : La paroisse et ses édifices religieux - 3.4 : La chapelle de Brogny (ou de Bellegarde)
Annecy-le-Vieux

Fermer Introduction

Fermer 1 : La terre et les hommes

Fermer 2 : De la préhistoire à la naissance d'Annecy-le-Vieux

Fermer 3 : La paroisse et ses édifices religieux

Fermer 4 : Un moyen-âge obscur et difficile

Fermer 5 : 17ème et 18ème siècle : une image qui se précise et se durcit

Fermer 6 : La Révolution et l'Empire (1792-1815)

Fermer 7 : La Restauration Sarde (1815-1860)

Fermer 8 : De l'Annexion à l'urbanistion

Fermer Annexe 1 : La vigne et le vin

Fermer Annexe 2 : La famille de Menthon de la Balme au château de la Cour

Fermer Autres annexes

3 : La paroisse et ses édifices religieux - 3.4 : La chapelle de Brogny (ou de Bellegarde)

 

Cette chapelle se trouvait près de la route de Pringy, entre le chemin du Piou et le chemin de la Varde. Elle a été construite probablement au début du 17ème siècle par Claude-Nicolas Arpiaud, né en 1577, et sa deuxième femme Annable de Mandollaz (ou Mandolle), descendante de la famille de Bellegarde, puissante famille noble du Faucigny.

Au 19ème siècle, on a trouvé dans les ruines de la chapelle l’inscription suivante[1] :

A CLAUDE NICOLAS
ARPIAUD ET DALE
[2]
ANNABLE DE MAN
DOLE MARIES
1628

Les époux seront inhumés dans la chapelle, Annable en 1642, Claude-Nicolas en 1651.

Claude-François Arpiaud, frère de Claude-Nicolas, maître auditeur à la Cour des Comptes du Genevois, épouse en secondes noces Jeanne-Françoise de Riddes qui meurt de la peste le 3 décembre 1629 au Petit-Brogny. Son souvenir est rappelé sur une stèle provenant peut-être de la chapelle et fixée au mur de soutènement, au bord de la route.

Cette chapelle de la famille Arpiaud a été confiée aux soins des pères Dominicains d’Annecy. Les paroissiens de Brogny s’y rendent à la messe. En 1714, Mgr Rossillon de Bernex constate qu’elle est en mauvais état et demande aux Dominicains de la réparer. En 1769, Mgr Biord revient à la charge ; il rappelle aux Dominicains qu’ils sont tenus d’y célébrer trois messes par semaine puisqu’ils en possèdent les revenus. Les habitants du village voisin ne doivent pas être privés de la consolation d’y entendre la messe.

En juin 1726 s’est produit un événement mémorable. Une nuée d’insectes ravage la région. Pour conjurer le fléau, une procession solennelle qui passe par Vignières et les Fins se rend à la chapelle. Sur le Crêt de la Varde, tout proche, le grand vicaire Feniallar, mandaté par le pape Benoit XIII, prononce l’exorcisme contre les insectes et animaux nuisibles.

Sur le cadastre de 1730, la chapelle fait partie des biens de Pierre-François Arpiaud, seigneur de Bellegarde. La chapelle est mentionnée avec une superficie de 60m2. En 1737, la veuve de Pierre-François, née Hélène de gros, teste au Petit-Brogny et lègue tous ses biens à son filleul Jérôme de Menthon-Lornay. La chapelle sera vendue comme bien national sous la Révolution.



[1] R.S. 1860, P. 84
[2] Damoiselle.

Date de création : 27/02/2010 @ 23:11
Dernière modification : 12/03/2010 @ 09:43
Catégorie : 3 : La paroisse et ses édifices religieux


Imprimer l'article Imprimer l'article


Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Webmaster - Infos
^ Haut ^